Rechercher

Les produits antimicrobiens à domicile : Le problème de l’antibiorésistance

Mis à jour : févr. 3



Les produits chimiques antimicrobiens (biocides) incluent les stérilisants, les désinfectants et les fongicides. En général, les biocides sont des molécules synthétiques ou semi-synthétiques qui, au-dessus de certaines concentrations et dans des conditions précises, tuent des cellules vivantes à des intervalles précis. Les stérilisants détruisent toutes les formes de vie microbienne, les désinfectants éli-minent les bactéries pathogènes et les agents d’assainissement réduisent le nombre de contaminants microbiens, tandis que les fongicides détruisent les champignons qui se trouvent sur les surfaces inanimées et qui sont pathogènes pour les humains et les animaux

Des dispositifs mécaniques sont parfois utilisés pour contrôler les microorganismes dans l’air ambiant, y compris les purificateurs d’air électroniques, les générateurs ioniques, les filtres mécaniques, les filtres plissés (p. ex., à haute efficacité contre les matières en suspension), les filtres à charbon actif, les ozoniseurs, la lumière ultraviolette et les mécanismes thermiques.

Les dispositifs imprégnés comprennent une grande variété de produits domestiques, tels que les vêtements (p. ex., sous-vêtements, vêtements sportifs et jeans), les jouets, les ustensiles de cuisine et de nombreux produits de plastique. Parmi les autres produits antimicrobiens, soulignons les nettoyeurs à vitre, les baguettes chinoises et les produits pour le coucher (p. ex., oreillers, draps, serviettes et pantoufles) dans certains pays [2].

Les ingrédients actifs contenus dans les types de produits précédents comprennent tant les alcools, les peroxydes et les halogénures que les produits chimiques antimicrobiens, comme le triclosan et les composés d’ammonium quaternaire.

Les mécanismes de la résistance antimicrobienne et la diminution de la susceptibilité aux biocides

Les microorganismes possèdent des mécanismes évolués qui leur permettent d’échapper à l’action des antimicro-biens. Plusieurs mécanismes de résistance différents ont été décrits dans les bactéries [8]. Ces mécanismes sont l’inhibition enzymatique, l’imperméabilité de la membrane, les pompes d’efflux, l’altération du ribosome-cible, l’altération de précurseurs-cibles de la paroi cellulaire, l’altération des enzymes-cibles, la surproduction d’enzymes-cibles et des auxotrophes qui contournent les étapes inhibées. Certains de ces mécanismes s’appliquent théoriquement aux biocides, mais ils sont moins bien étudiés. Lorsque des changements de susceptibilité aux antibiotiques et aux biocides se produisent simultanément, les déterminants de la résistance touchent surtout des gènes qui codent les pompes d’efflux polychimiothérapeutiques. Ces gènes peuvent être nés dans le plasmide d’espèces gram positives ou codés dans les chromosomes d’espèces gram négatives.


Des solutions existent sur www.protectpure.com

Posts récents

Voir tout